Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

QUI ETAIENT LES TEMPLIERS? — ORIGINES - 1

 

3       

 

Dès qu’on parle des Templiers, l'Histoire et la légende s'entremêlent dans nos représentations, se bousculent, au point qu'on ne sait plus trop, à la fin, ce qui relève du mythe et ce qui est vrai.

 

C'est que l’aventure humaine et spirituelle de ces moines-soldats n’est pas banale. Comment peut-on se dire à la fois moine et soldat? Consacrer son âme à Dieu et armer son corps d'une épée? Prier et tuer? 

 

Tout semble lié à la disparition dramatique du grand-maître et de son premier lieutenant —  et par eux, de l'Ordre lui-même —  à l'aube de ce mémorable 18 mars 1314.

Ce matin-là, le roi Philippe le Bel avait donné ordre d’en finir une fois pour toutes avec ces empêcheurs de tourner en rond.

Il avait fait dresser un grand bûcher — si mes renseignements sont bons, près de l’actuel Pont-Neuf — et y avait fait jeter Jacques de Molay, le dernier grand-maître, et l’un de ses lieutenants, Geoffroy de Charnay.

 

Rien de tel que le feu pour détruire les corps.

Rien de tel aussi pour attiser l'imagination et façonner les mythes !

Surtout s'il s'agit d'un bûcher habituellement destiné aux sorcières, aux Juifs et aux hérétiques.

Avant de mourir, la voix de Jacques de Molay s'était élevé des premières flammes:

« Pape Clément ! Roi Philippe !

Avant un an, je vous cite à paraître devant le tribunal de Dieu

pour y recevoir votre juste châtiment.

Maudits ! Maudits !

Soyez maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ».

 

Je ne suis pas certain que le pape et le roi aient entendu cette malédiction, ni même qu'ils aient daigné assister à l’exécution des derniers Templiers. Mais bon, toujours est-il que : 

— Clément V mourut au mois de juin, d’étouffement. 

— Et que Philippe le Bel rendit l'âme en novembre d’un ictus cérébral. 

 

Oui, l’Ordre des Templiers intrigue et frappe l’imagination.

Pourquoi ?

Je vais tenter, dans les prochains articles, d'apporter quelques réponses.

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article