Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

PREMIERE MISSION DU TEMPLIER GONDISALVE: LES COMMANDERIES DU LARZAC

 

Commanderie de Saint-Gilles,  8 janvier 1186.

 

Ils sont prêts.

Chacun a déjà empaqueté les impedimenta : piquets de tente, flacons vides, haches et cordes de berrie (de campement) et un puisoir (filet de pêche) qui permet d'agrémenter le repas lorsque la colonne bivouaque près d’une rivière.

Ce qui ne manquera pas d’arriver, car le détachement templier se rend ce jourd'hui à Sainte-Eulalie-de-Cernon, dans le Larzac.

Frère Gondisalve rejoint les trois chevaliers et les neuf sergents du Temple dans la cour de la commanderie. Ils attendent en bon ordre, debout près de leur monture, car la Règle interdit aux Frères de mettre leur selle, de harnacher leur cheval, de monter et de quitter leur place avant que l’ordre n’ait été « crié » par le maréchal.

Ecuyers et serviteurs sont également à l'affût des ordres.

 

« Au nom de Notre-Dame Sainte Marie et de la Sainte Trinité, en selle ! » crie le maréchal lorsque tout le monde est prêt .

 

Calmement, les Templiers ensellent et harnachent.

Avant de monter à cheval, chacun inspecte les lieux et vérifie que rien ne traîne, que rien n’a été oublié, car le chapitre pourrait, en cas de perte, demander compte.

Frère Pons de Roquemaure, Visiteur des Templiers de Provence, a demandé à Frère Gondisalve de l’accompagner dans cette mission. Gondisalve voulait partir en Terre-Sainte, mais le Frère Visiteur a fermement dit non :

 

- Tu dois connaître les commanderies et coutumes d’Occident, avant de partir guerroyer en Terre de Promission.

 

Frère Gondisalve n’a pas protesté, car la l’obéissance et la discipline sont les vertus maîtresses du Templier.

 

Frère Pons a expliqué que le grand maître du Temple, Gérard de Ridefort a instamment requis des chevaux :

 

- Le tout-puissant Saladin nous menace du côté de Tibériade, et les montures manquent cruellement. Nous avons mission d’en choisir dans les commanderies du Larzac. Les Frères de Sainte-Eulalie-du-Cernon ont déjà préparé deux bonnes douzaines de chevaux de trait. Nous irons ensuite à La Couvertoirade et à La Cavalerie, où notre Ordre a de grands projets.

 

Sainte Eulalie 6

Sainte-Eulalie-de-Cernon

 

Il annonce aussi que dans un second temps, ils feront route vers l’Aumont d’Aubrac, aux portes de l’Auvergne:

 

- Il y a là un monastère qui pourrait intéresser notre Ordre et nous avons mission de faire des propositions à la communauté.

 

Les douze Frères, suivis des écuyers, de trois archers et des serviteurs en charge des montures de rechange, quittent Saint-Gilles à l’aube.

En tête le gonfanonier.

Il arbore, au bout de sa lance, le gonfanon Baucent, qui est le point de ralliement des Templiers dans les combats.

Cette imposante escorte n’est pas de trop pour faire échec aux bandes de brigands qui sévissent sur le plateau du Larzac. Quelques semaines plus tôt, une bande armée a pris de force mille moutons à La Couvertoirade et les a emmenés à vendre !

Le risque d’affrontement est réel.

C’est pour cela que Frère Pons a pris avec lui trois archers et demandé aux écuyers de tenir prêts en permanence, lances et écus.

La colonne passe par Aigues-Mortes, Maguelone, fait étape à la commanderie de Montpellier, puis prend la route de Lodève et pénètre dans le Larzac.

A la tombée du jour.

 

Prochain article : L’affrontement

 

Retour à la page accueil du Blog:

www.basagana-ramon.com

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article