Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

Le journal "LA PROVENCE" parle de "L'Héritière de Shanghai".

La Provence est, avec La Marseillaise, le principal journal de Marseille et sa région.

La Marseillaise a déjà publié un article sur L’Héritière de Shanghai :

  "La Marseillaise" parle de L'Héritière de Shanghai

Cet article dans La Provence a été écrit par René et Marie Castaldo, deux journalistes « hypersympas » que je ne connaissais pas.

Notre première rencontre a eu lieu alors qu’ils revenaient d’un reportage au CE d’ARCELOR-MITAL (Fos-sur-Mer).

Nous avons parlé des hauts fourneaux. J’ai dit que beaucoup de mes patients travaillaient ou avaient travaillé dans les coulées de fonte.

Et puis, nous avons parlé de « spéculation ».

Je leur ai dit que mon premier roman, « Le Christ de Marie-Shan », je l’avais écrit lorsque Lakhsmi Mittal avait lancé (mars 2006) son OPA hostile contre ARCELOR.

J’avais compris ce jour-là, que l’avenir de mes patients ne dépendait ni de leur savoir faire, ni du pouvoir politique, ni des syndicats, mais de… Wall Street.

Que, dans mon esprit, Le Christ de Marie-Shan était à la fois un cri de révolte et la certitude qu’un crack boursier allait se produire… dont petits et grands magnats de la finance allaient grassement profiter.

 

C’est, hélas, ce qui s’est produit.

 

Merci à René et Marie Castaldo de m’avoir permis de faire connaître L’Héritière de Shanghai.


scan Ramon

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article