Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

LAMPE ROMAINE: Une petite flamme messagère d'espoir

Nous sommes en 1975. J’habite Alger.

Un soir, un voisin que je connais seulement de vue, frappe chez moi, affolé : sa femme se tord de douleur. Je me rends chez lui : c’est une urgence chirurgicale. Nous partons à l’hôpital, le problème est aussitôt pris en charge par l'équipe de garde. 

 

Quelques jours plus tard, ce voisin frappe à nouveau chez moi et, à ma grande surprise (à ma grande joie aussi) m’offre une lampe romaine. Il l'a trouvée  en creusant des fondations chez lui, à Souk-Ahras, dans l'Est algérien.

 

Je suis sincèrement ému, car cette lampe est dans un très bel état de conservation .

Je ne sais comment le remercier.

 

 lampe balcon 1

 (Lampe romaine trouvée à Souk-Ahras en 1975)

 

Je me documente auprès d’amis historiens, et je découvre que cet objet date des 4ème -5ème siècles.

Ils m'apprennent aussi que Souk-Ahras (anciennement Thagaste) est le lieu de naissance de Saint-Augustin…

...né en 354, d’un père romain et d’une mère Berbère des Aurès (sainte Monique), mort à Hippone (Annaba) en l’an 430.

 

En d’autres termes, cette lampe trouvée à Souk-ahras, date très exactement de l’époque où  saint Augustin y a vécu !

 

*


Ces derniers jours, l’un de nos amis internautes, un médecin originaire des Aurès, a perdu un être très cher… 

 

Un immense mouvement d’amitié  s'est développé autour de lui.

 

J'ai pensé à ma lampe romaine.

Je l'ai remplie d'huile d’olive... comme le faisaient autrefois les gens de Souk-Ahras.

Et pour la première fois depuis 15 siècles, une petite flamme y est née... à nouveau.

 

lampe allumée 1

 


Une flamme d’espoir.

 


 

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens
comme elle a brisé ceux qui m’enchaînaient,
et quand, un jour que Dieu seul connaît et qu’il a fixé
ton âme viendra dans le Ciel ou l’a précédée la mienne…
Ce jour-là, tu me reverras et tu retrouveras mon affection purifiée.
A Dieu ne plaise qu’entrant dans une vie plus heureuse,
je sois infidèle aux souvenirs et aux vraies joies
de mon autre vie et sois devenu moins aimant !
Tu me reverras donc, transfiguré dans l’extase et le bonheur,
non plus attendant la mort,
mais avançant, d’instant en instant,
avec toi, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie !

Alors… essuie tes larmes et ne pleure plus… si tu m’aimes !


Saint Augustin

 

 


Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article