Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

LA VIE DES TEMPLIERS - 3 : Le trousseau du chevalier


 

PREMIÈRE PARTIE


Le trousseau « de paix » 

 

Les Templiers recevaient deux sortes de trousseaux :

  a) Le trousseau de paix.

b) Le trousseau de guerre.

 

D'après les nombreux témoignages d'époque, les Templiers arboraient une tenue impeccable, en paix comme en guerre, avec des étoffes solides, mais sans nulle superfluité. 

Nous verrons aujourd'hui le trousseau de paix.

Dans une seconde partie, nous décririons le trousseau de guerre.

 


Gondisalve de Torrijo est donc devenu Frère Gondisalve, chevalier du Templier.

 

La cérémonie de réception terminée, le Frère drapier lui remet les habits qui dorénavant vont être les siens.

Il a fait prendre les mesures voici déjà plusieurs semaines et veillé scrupuleusement à ce que les tenues ne soient ni trop longues ni trop courtes, mais à la juste mesure de ce grand gaillard qu’est Frère Gondisalve.

La vie intérieure du Temple est ainsi faite : il n’y a ni petites choses, ni petit détail, ni petit emploi qui n’intéresse Dieu.  Et les Frères tailleurs participent au grand œuvre du Temple en confectionnant des tenues à l’exacte mesure de chaque Frère.

 

Avant de rejoindre le réfectoire pour fêter dignement son admission dans la communauté, Frère Gondisalve se rend dans la draperie accoompagné de deux autres Frères.

C’est là qu’il reçoit son fourniment complet.

 

Ce trousseau – dont il est dorénavant responsable envers l’ordre, et dont il ne peut rien donner – comporte :

 

1-  Deux chemises,

2-  Deux paires de chausses,

3-  Deux braies (caleçons),

4-  Un justaucorps, ou jupel à girons, c’est-à-dire à pans, formant une pointe devant et une pointe derrière.

5-  Une pelisse,

6-  Une chape, ou cape, qui était un grand manteau droit enveloppant le corps, attaché au cou par un lacet ou une agraffe.

7-  Deux manteaux : un d’hiver doublé de mouton ou d’agneau –  qui sont des fourrures solides et peu coûteuses – et un d’été, d’étoffe plus légère.

8-  Une tunique à manches étroites, qui se porte sur la chemise.

10-                Une large ceinture de cuir ou courroie,

11-                Un chapeau de bonnet (coton)

12-                Un chapeau de feutre

 

A ces pièces de vêtements il faut ajouter :

 

1-  Deux serviettes : l’une pour la table, l’autre pour la toilette,

2-  La literie, qui comprend : une paillasse, deux draps, une couverture légère (étamine), une grosse couverture pour les temps de froid (carpette)

3-  Cette carpette mérite qu’on s’y attarde : elle est blanche, ou noire, ou rayée de blanc et noir, qui sont les couleurs du Temple et du gonfanon bausant. La règle impose que les Templiers portent ces couleurs sur leur carpette car ils peuvent s’en couvrir en chevauchant.

 

Est-il besoin de signaler que la croix du Temple était cousue sur les manteaux, tuniques et cottes d'armes (devant et derrière) et qu'on devait la broder sur toutes les pièces de lingerie en signe de reconnaissance?

Que la couleur blanche était le privilège des chevaliers?

Que les Frères sergents avaient des tuniques, des cottes et des manteaux noirs avec une croix rouge.

 

140px-Election de Godefroi de Bouillon comme avoué du Sain

 

Miniature du XIII siècle représentant l'élection de Godefroy de Bouillon.  

Elle montre comment s'habillaient les nobles en "temps de paix"

à l'époque des Templiers. 

 

 

Prochain article : Le trousseau de guerre:


LA VIE DES TEMPLIERS - 4 :

Le "trousseau de guerre" du chevalier  


Sources :

 

Georges BORDONOVE, La Vie Quotidienne des Templiers, Paris 1975.

Alain DEMURGER, Les Templiers, Une chevalerie chrétienne au Moyen Age, Seuil, janvier 2005.


 

Retour à la page accueil du Blog:  www.basagana-ramon.com link

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article