Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

COMMANDERIES TEMPLIERES : LA COUVERTOIRADE - 3

 

LES MURAILLES DE LA COUVERTOIRADE

 

 Couvertoirade- Entrée château

(Je dois cette photo à Sittelle.

Merci! )

 

 

Le 11 mars 1314,

 Jacques de Molay, grand maître des Templiers,

monte sur le bûcher.

 

La torche du bourreau met fin à l’épopée templière.

L’ordre est supprimé.

 

Philippe le Bel, petit-fils de Saint Louis,

peut enfin s’approprier ces biens qu’il lorgne depuis tant d’années !

 

Il confisque donc tout ce qu’il peut, mais sans aller trop loin, car en trop sortant les griffes, il risque d’incommoder l’Eglise !

 

Les commanderies de moindre importance, ou trop éloignées de Paris, il les fait remettre aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem,

encore appelés Hospitaliers ou Chevaliers de Malte.

 

La Couvertoirade  fait partie du lot.

 

 

Aux territoires des Hospitaliers dans le Sud du Rouergue,  

vint donc s’ajouter l’héritage Templier local.

 

Et les habitants de La Couvertoirade furent rattachés à l'ordre militaire le plus puissant de la Chrétienté.

 

L’Ordre de Malte.

 

Entre temps, la situation politique locale était devenue catastrophique.

Profitant des désordres provoqués par la guerre contre les Anglais, des bandes de pillards s'étaient mises à déferler sur le Larzac,

Elles pillaient, violentaient les femmes,

faisaient main basse sur les greniers fortifiés.

Pour mettre un terme à l’insécurité, les Hospitaliers décidèrent de fortifier leurs possessions,

dont La Couvertoirade.

 

Le 2 novembre 1439 les représentants de la communauté de La Couvertoirade, assemblés dans la nouvelle église, demandèrent au commandeur de Sainte-Eulalie de faire dresser autour du village une enceinte de remparts.

 

Couvertoirade Vue

 

Et c’est un maître-maçon de Saint-Beauzély-de-Lévézou, nommé Déodat d'Alaus, qui exécuta le travail,  à la satisfaction générale. 

Environ un siècle plus tard, le 22 novembre 1562, le rempart des Hospitaliers fut le théâtre d'une brève bataille qui opposa une troupe protestante aux soldats de l'évêque de Lodève :

 

«  Quatre capitaines de la Religion, venus de Millau, s’en allèrent à La Couvertoirade pour l'assiéger. Comme l'enceinte n'était défendue que par trois ou quatre arquebusiers, les assaillants étaient sur le point de forcer la place, quand survint un groupe de Papistes - alerté par les habitants -, qui mit en déroute les Protestants. »

 

Le texte conclut, avec des fautes dues à la patine du temps :

« Ils tuarent quelques 25 de la Religion et nul des Papistes  morts ni blessés, o bien peus. »

 

 

SOURCES :

 

http://www.templiers.net/commanderies/index.php?page=commanderies_C#474

 Photo des remparts:  Joel Berthonneau, extraite de l'article ci-dessus.

Photos anciennes d’Aveyron rassemblées par MERIGOT Jean Marc

 http://merigot.chez-alice.fr/CPA/page_07.htm: link

 

Retour à la page accueil du Blog: link

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article