Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

Michael JACKSON et le DEMEROL

 

 


Michael Jackson serait mort des suites d’une addiction aux analgésiques. Son médecin personnel lui aurait administré une injection de Démérol une heure avant sa mort.

 

Il ne s’agit donc pas d’une overdose – prise d’une substance en quantité supérieure à la dose limite supportable par l’organisme – , mais d’une administration médicalement contrôlée qui a mal tourné.

Qu’est-ce que ça change ?

Rien ?

Pas sûr : les avocats, les banquiers, les financiers, les héritiers, les producteurs, les créanciers, le fisc… ne portent pas sur cette injection de Démérol le même regard que nous.

 

C’est quoi, le Démérol ?

D’abord, c'est le nom commercial d’une substance appelée Chlorhydrate de Mépéridine, un analgésique narcotique d’action rapide, proche de la morphine, très prescrit aux USA et au Canada, administré par voie intra-musculaire ou intra-veineuse.

Ensuite une bombe. Contrairement à une idée reçue, le Démérol n’est pas un médicament anodin. Il est prescrit dans les douleurs moyennes à aiguës à la place de la morphine, et… « ça marche ! » Mais, la consommation régulière de ce produit à des doses élevées donne des effets secondaires nombreux : accoutumance, crises de délire, dépression cardio-vasculaire, troubles du rythme…

 

Oui, des troubles du rythme.
Or, Michael Jackson a succombé à un arrêt cardiaque. Et la première cause de mort subite est la Fibrillation Ventriculaire, un trouble du rythme redoutable.

 

Ah ! le Démérol !

 

Quoi qu’il en soit, c’est maintenant que les choses sérieuses commencent.

 

Pour les héritiers, les banquiers, les producteurs, les créanciers…

 

Car le Roi de la Pop semble avoir fini sa vie avec 500 millions de dettes, sans compter un défaut de paiement sur un prêt de 24,5 millions de dollars. Des dettes dont héritent, évidemment, les héritiers !

A moins que…

Oui, les avocats sont sur le qui-vive.  C’est bien pour cela que la famille a fait procéder à une deuxième autopsie !

 

La famille n’est pas seule aux abois.
Le
producteur de concerts AEG Live, qui finançait le retour du Roi de la Pop sur scène, prévue à l’O2 Arena de Londres à la mi-juillet, a des sueurs froides. Il a passé un accord avec le revendeur de billets Viagogo, qui a pu vendre des places à des prix pouvant aller jusqu’à plusieurs milliers de dollars ! 750.000 billets ont été vendus à travers le monde, la cagnotte à rembourser dépasserait les 85 millions de dollars !

Qui va payer ?

Excellente question. Qui nous entraîne loin des discours, hommages, pleurs, émois…

Oui, qui va payer ?

Eh bien, les assurances !

A moins que le chanteur ne soit mort d’une overdose ou d’une maladie pré-existante. Auquel cas, le producteur y sera pour sa pomme : c'est sa tire-lire qui devra supporter les sommes déjà engagées (40 millions de dollars) et le remboursement des 750.000 billets (85 millions de dollars) !

Peuchère le producteur !

Car AEG comptait empocher 450 millions de dollars de recettes pour une coopération de trois ans et demi avec Michael Jackson !

Faites le compte : 450 M/ 42 mois/30 jours/24 heures = 15.000 $ de l’heure pendant trois ans et demi !

Un dilemme shakespearien qui menace mêmement les autres créditeurs de la star.

 

Yes, Demerol or not Demerol !

 

Ciao ! Michael.

Dans « Blood on the dance floor » tu chantais ces vers que je n’avais pas remarqués à l’époque :

 

Il s’est dégonflé, baby

Un coup dans le dos, baby

Une crise cardiaque, baby

J’ai besoin de ton corps

 

Demerol,

Demerol,

Oh Dieu ! Il prend du Demerol !



 
(Dernière photo de Michael juste avant sa mort. C'est le site ET qui l'a diffusée sur son site.) 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article