Le blog de Ramon BASAGANA

Juillet 1947. Un vieux steamer des Grands-Lacs rebaptisé Exodus, vogue vers la Palestine avec 4500 rescapés des camps d’extermination. Arrivé au large de Haïfa, la marine de guerre britannique l’éperonne sauvagement. L'affrontement est sanglant, il y a des blessés, des morts... Débute alors une impitoyable bataille médiatique, la première du XX° siècle. C’est le thème de mon 5° roman : « Les amants de l’Exodus ».

LES OURS D'ARGENT

(Photo de Denise Huin-Basagana)

(Photo de Denise Huin-Basagana)

La vie qui arrive et la vie qui s'en va...

Un très joli texte de Denise Huin-Basagana.

 

*

 

En cette chaude soirée d'été, les ours d'argent se souviennent...

Ils se souviennent, les ours, que je les avais choisis et mis de côté en attendant LE GRAND EVENEMENT....

Lorsqu'un peu avant deux heures du matin, le 3 août, il y a cinq ans, le téléphone a sonné, je savais... Je savais que l'EVENEMENT était enfin arrivé... Un joli petit garçon...

Ce coup de téléphone fut le plus bel appel de nuit que mon mari, médecin, eût reçu... Il était à côté de moi alors que mon beau fils nous annonçait l'arrivée de ce petit galopin qui allait devenir le trésor de la famille...

Souvenez vous les ours d'argent...

Après avoir raccroché, le cœur en fête, en pleine nuit, je suis allée vous chercher, si petits si menus, dans votre écrin et je vous ai accrochés à mon cou en signe de symboles heureux....

Plus tard dans la matinée, nous sommes partis voir enfin cette bouille rose surmontée d'un petit chapeau. Le lutin nouveau dormait paisiblement et tout naïvement...

Souvenez vous les ours...

"Il" était encore là, le monsieur qui est parti, il était encore sur la terre et il était heureux... Il parlait avec mon homme, tous deux gens d'hôpitaux et n'étaient pas peu fiers, de l'arrivée de ce petit bonhomme... Les deux nouveaux et jeunes grands pères devisaient gaiement. Nous avons mangé ensemble en laissant la maman et le bébé de nacre dans leur chambre...

Il était encore là, ce monsieur.

Il était si heureux et nous ne savions pas !

Souvenez vous de lui, les ours... Il nous quittait l'année des deux ans du petit trésor... Ce fut la dernière petite figure d'enfant qu'il vit avant de s'en aller là-haut, où j'espère qu'il est heureux, lui qui avait un si joyeux caractère.

Souvenez vous les ours, qui étiez encore aujourd'hui à mon cou, comme tous les jours anniversaire de cet enfant.

Souvenez-vous.

Puissent les rubans satinés des petites filles se détacher et s'envoler jusqu'à toi, parti trop tôt, ami. Puissent les rires et les chansons des enfants, les éclaboussures bleutées d'eau qu'on bouscule, les fumées de bougies colorées soufflées avec entrain, monter jusqu'à ton royaume inconnu ...

Souvenez vous, les ours, vous qui avez reçu aujourd'hui un rayon d'or de soleil, un reflet de feuille verte et une petite larme salée.

 

A Pierre.

Le 3 août 2017,  jour des 5 ans de Maxence.

 

Denise Huin-Basagana le 3 août 2017

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aln03 13/08/2017 18:17

J ai déjà eu l occasion de le dire.Mais le texte de Denise est superbe.Quel bel hommage à Pierre .
Les ours d'argent permettront à Maxence de se souvenir de son autre papy.Bravo Denise .
Amitiés
Nicole

Denise hui basagana 13/08/2017 18:46

Merci Nicole bisou

Ramon BASAGANA 13/08/2017 18:23

Moi aussi, je trouve que c'est un très beau texte et un bel hommage à l'absent! Bon dimanche, amitiés.

Simone 13/08/2017 15:36

Vraiment Madame, c'est beau et si émouvant. Une vie arrive, une autre s'en va.....mais la vie et la mort sont dans le même grand cycle et peut-être....sans doute....un perpétuel recommencement.
J'espère que les petits ours d'argent brilleront longtemps à votre cou pour les anniversaires de Maxence.

Denise hui basagana 13/08/2017 18:16

Merci infiniment ! J ecris avec la pointe du coeur et ça vous fera sans doute rire,vous qui êtes medecin